POURQUOI?

En organisant des expositions artistiques participatives dans des centres pénitentiaires mais aussi à l’extérieur de ces centres, Art Without Bars offre la possibilité de vivre un apprentissage qui offrira aux prisonniers de réelles chances de réintégration après leur libération.

Comment?
Tout d’abord parce que l’association propose de l’art et génère des expressions d’art qui font appel à l’esprit critique et créatif des détenus et de leurs accompagnateurs. Ensuite, parce que les expositions d’œuvres de détenus organisées par Art Without Bars pour le grand public démontrent que l’art aide d’une façon toute particulière les détenus à se reconstruire.

Règlementation

Aux questions et exigences des détenus, tout comme dans cet exemple que nous avons découvert à l’arrière d’un dessin (2007), devra se confronter dans le futur la récente loi de principes.

Qu’est-ce que la loi de principes?

La « Loi de principes concernant l’administration des établissements pénitentiaires ainsi que le statut juridique des détenus » votée le 12 janvier 2005 est un élément clef dans l’histoire de nos prisons. Jusqu’à cette loi, les droits et les devoirs des détenus n’étaient pas mentionnés dans la réglementation. La loi détermine également les principes de bases de la détention et l’organisation précise de l’institution pénitentiaire.

Quelques principes fondamentaux:

  • Le détenu n’est soumis à aucune limitation de ses droits politiques, civils, sociaux, économiques ou culturels autre que les limitations qui découlent de sa condamnation pénale ou de la mesure privative de liberté, celles qui sont indissociables de la privation de liberté et celles qui sont déterminées par ou en vertu de la loi.
  • L’exécution de la peine ou mesure privative de liberté s’effectue dans des conditions psychosociales, physiques et matérielles qui respectent la dignité humaine, permettent de préserver ou d’accroître chez le détenu le respect de soi et sollicitent son sens des responsabilités personnelles et sociales.
  • Durant l’exécution de la peine ou mesure privative de liberté, il est veillé à la sauvegarde de l’ordre et de la sécurité.
  • Dans chaque prison, on tentera d’instaurer un climat de concertation. A cet effet, on créera dans chaque prison un organe de concertation afin de permettre aux détenus de s’exprimer sur les questions d’intérêt communautaire pour lesquelles ils peuvent apporter leur participation.
  • L’exécution de la peine privative de liberté est axée sur la réparation du tort causé aux victimes par l’infraction, sur la réhabilitation du condamné et sur la préparation, de manière personnalisée, de sa réinsertion dans la société libre.
  • Les décisions prises dans le cadre de la loi, contre des détenus, doivent être motivées.
  • Le condamné se voit offrir la possibilité de collaborer de façon constructive à la réalisation du plan de détention individuel, lequel est établi dans la perspective d’une exécution de la peine privative de liberté qui limite les effets préjudiciables, est axée sur la réparation et la réinsertion, et se déroule en sécurité.

La version complète de la loi de principes se trouve sur: http://www.just.fgov.be/nl_htm/informatie/htm_justitie_atotz/ldp-bw.pdf