PROJET II. Inmate Tattoo

Depuis la nuit des temps, le tatouage est une manière importante de marquer des sentiments profonds et ceci d’une façon quasi irréversible. Pourtant, il règne aujourd’hui encore un tabou sur cette pratique dans le contexte pénitentiaire. L’utilisation d’appareils de tatouages bricolés clandestinement provoque entre autres un risque de transmission de HIV, d’hépatite, etc.
En 2007, s’est formé un accord avec les autorités pénitentiaires pour une collaboration d’une année entre l’asbl et les prisonniers de Oudenaarde avec comme but final une exposition afin d’ouvrir les discussions sur la pratique du tatouage et le body painting. Le projet d’exposition The ornamental body est réparti en trois volets.

Volet 1: une exposition itinérante qui voyage dans différents centres pénitentiaires:

The ornamental body. Inmate tattoo

Tryout for a lightbox Mariette Michaud
Making the ornamental body
     
     
   


A la base, les détenus devaient photographier eux-mêmes les tatouages de leurs collègues, mais la prison y a mis son objection. Les restrictions furent vécues comme un défi artistique: des étudiants de la Haute Ecole Sociale d’Heverlee et de l’Ecole d’Art La Cambre participèrent activement aux workshops et c’est finalement la jeune Française Mariette Michaud de 27 ans qui s’est chargé du déclic, au rythme des détenus même. La présentation consiste en trois parties:

  • Une composition séparée en cinq groupes de caissons lumineux contenant des images du making-off de l’exposition, accompagnées de musique, d’interviews et de témoignages.
  • La deuxième partie se compose de plaques d’acier inoxydable sur lesquelles sont présentés des détails de clichés de corps de détenus, peints et tatoués. A travers ces phots tribales et intimes transparaît la vie des modèles.
  • Pour conclure, le troisième volet, que les extérieurs pourront aussi considérer dans la salle des visites, plaide pour une valorisation du body art dans le secteur pénitentiaire et essaye d’abolir les tabous qui règnent autour du tatouage, phénomène courant chez les détenus.
Où?
Première à Oudenaarde suivie de présentations dans différentes prisons et dans les centres culturels.

Quand?
La première a lieu du 1er au9 juillet, les dates qui suivront doivent encore être fixées.
1 mai '08 - 31 mai '08 Prison d' Oudenaarde
13 septembre '08 - 23 oktobre '08 Prison auxiliaire de Leuven
24 novembre '08 - 28 novembre '08 Parlement de la région de Bruxelles - Capitale
1 mai - 23 mai '10 Biennale de St. Hubert
17 janvier '11 – 28 janvier '11 Expo Clair Obscur-Atrium de la Communauté Française Bruxelles
11 septembre 2011 Journée du Patrimoine à la prison d’ Oudenaarde
18 novembre ’11 -14 décembre ’11 Expo “Clair et Obscur”  à la mairie d’Ougrée
29 novembre '12 - 20 décembre '12 Expo Portes Ouvertes sur la Prison - Maison de la Cohésion Sociale Anderlecht
29 avril '13 Athénée Royal de Marche –en-Famenne
14 mars '16 - 22 avril '16 La Louvière


Prêt de l’exposition

Pour le prêt de l’exposition à des institutions pénitentiaires ou à d’autres centres, contactez artwithoutbars@skynet.be.
Les coûts d’assurance ne sont pas couverts par Art Without Bars.
Chaque partie de l’exposition peut également être emprunté séparément.

Volet 2: une exposition accessible à un large public:

The ornamental body. Mariette Michaud + cinq artistes.

Inmate tattoo avec les photos de M. Michaud a été pour De Witte Zaal l’élément déclencheur pour inviter cinq autres artistes et prolonger cette réflexion sur la place de l’art en général et du body art en particulier en prison. Un portait vidéo d’un détenu tatoué et un montage dia du making-off d’Inmate Tattoo ouvraient la voie à la recherche de nouvelles tendances d’art corporel en détention.

? De Witte Zaal à Gand
Quand? Mai - Juin 2009.